Menu

L’Afrique, terre d’avenir pour les nouvelles technologies

Dans : Dossiers

Silicon Savannah

Quelques mois après l’annonce de l’expansion du réseau français Sigfox en Afrique et au Moyen Orient, il est désormais possible d’établir des pronostics sur l’ampleur que va prendre le marché de l’IoT en Afrique.

L’IoT prolifère de plus en plus vite à travers le monde. Le nombre d’objets connectés est en train de dépasser les espérances des experts qui n’avaient pas prédit un essor aussi rapide. Selon l’International Data Corporation (IDC), le marché mondial atteindra une valeur totale de 1,7 trillion de dollars en 2020.

2 milliards de $ pour le marché de l’IoT en Afrique du Sud

George Kalebaila, directeur de la recherche senior chez l’IDC Afrique Subsaharienne

Les services de consultation pensent que le marché de l’IoT pourrait bientôt atteindre 2 milliards de dollars en Afrique du Sud. En effet, les opportunités en Afrique sont énormes, le contient entier étant susceptible d’accueillir plus d’1 milliard d’objets connectés avant la fin de la décennie.

Selon George Kalebaila, directeur de la recherche senior chez l’IDC Afrique Subsaharienne, la seule façon de tirer profit des opportunités en Afrique, c’est de collaborer : « aucun acteur n’est capable de proposer une solution de A à Z de son propre chef. Les partenariats sont indispensables pour bénéficier de la gamme complète des avantages de l’IoT ».

Selon lui, les possibilités sont infinies. Il soutient également que la seule chose pouvant nuire à l’application de l’IoT serait d’avoir trop d’imagination et que les politiques s’en emparent dans le but de réglementer l’industrie.

En effet, les acteurs de l’industrie ont la possibilité d’optimiser la valeur potentielle de l’IoT en faisant des partenariats les uns avec les autres afin de fournir des solutions qui conviennent à tout le monde. En résumé, plus il y aura d’objets connectés entre eux, plus leur valeur augmentera et le nombre d’utilisateurs potentiels explosera.

33 % des entreprises d’Afrique du Sud investiront dans l’IoT

De récentes études menées par l’IDC montrent que 33 % des entreprises d’Afrique du Sud ont prévu des investissements significatifs dans l’IoT pour les trois prochaines années. Ces 33 % comprennent les secteurs de l’industrie manufacturière, les transports publics, la vente au détail et les services publics. L’investissement dans l’IoT par ces industries est réalisé, en majorité, dans le but d’accroître les besoins généraux des entreprises.

Les avantages du continent sont clairs. Toutefois, avant de capitaliser, il faudra consolider un standard. Il y a un manque de normes consolidées et de technologies de l’information qu’il faudrait encore faire converger avec des homologues opérationnels. S’il y a des failles au niveau des réseaux, il y en a d’autant plus autour de la sécurité et la confidentialité des données. George Kalebaila ajoute qu’il « ne faudra pas que le marché de l’IoT en Afrique soit administré par différentes organisations avec différentes approches et sur différents secteurs s’activité, il faudra s’associer ».

Enrichissez votre lecture :  L’Art de diriger : Comment gérer ses équipes autrement?

Commenter

L’Afrique, terre d’avenir pour les nouvelles technologies

3 min




Avant de changer le monde,
Il faut le comprendre.

 

Suivez-nous:


Rejoignez la communauté
OVNI sur votre réseau préféré.