Menu

Google, ou la révolution transhumaniste via le Big Data

Dans : Dossiers

©M.AGLIOLO-GETTYIMAGES

A l’occasion de la sortie du livre de Christine Kerdellant, décryptage du projet de « fusion » entre le vivant et le digital porté par le géant américain Google.

Christine Kerdellant a relevé un beau défi Dans la Google du loup (Plon)! Elle met le doigt là où Google pose véritablement problème, à savoir sur la révolution anthropologique du transhumanisme… Pour ce qui concerne sa participation à la société de surveillance globale que fabriquent un certain nombre d’acteurs publics et privés, l’affaire est entendue depuis des années… Sous l’administration Obama, les dirigeants de Google se rendirent à la Maison-Blanche 230 fois! Ils confirmèrent en 2013 que les agences gouvernementales de l’Oncle Sam les sollicitaient annuellement – dans le cadre du Patriot Act – pour surveiller 1000 à 2000 comptes. En janvier 2015, la firme vedette du Web a reconnu avoir fourni au Ministère de la Justice américain l’intégralité des comptes Google de trois membres de WikiLeaks.

Il paraît dès lors compliqué de penser qu’une idéologie sécuritaire explique à elle seule l’extension de l’ombre de Big Brother sur le monde. Les géants du numérique du secteur privé (les GAFA: Google, Amazon, Facebook, Apple) participent largement à la manœuvre, plus ou moins volontairement (pas pour des raisons politiques, mais économiques). Nous assistons à l’émergence d’une société de surveillance de masse dont l’État n’est pas le centre mais l’un des maillons. Sa stratégie en matière de renseignement doit se lire comme un fragment d’un système cybernétique (au sens de science du contrôle) beaucoup plus vaste, où le capitalisme financier californien et numérique occupe une place décisive. Séparer ce dernier du complexe militaro-sécuritaro-industriel de l’Oncle Sam devient de plus en plus difficile, voire hasardeux.

Christine Kerdellant

L’intérêt plus décisif du livre de Christine Kerdellant est ailleurs. Il explore de manière très accessible et percutante le cœur du projet Google, ou plutôt sa signification philosophique profonde. Derrière les joyeux Geeks de la Silicon Valley s’exprime la volonté de réifier l’humanité, de l’enchaîner à une raison calculante. Cette dernière va nous émanciper nous répète-t-on, nous libérer – via le Big Data – des limites de notre condition, nous délivrer de la mort et transformer notre existence en un jardin de fleurs. Mais lorsqu’on choisit d’examiner de plus près les conséquences des propositions de Google, on découvre une perspective d’avenir moins réjouissante.

En réalité, c’est l’infiltration du capitalisme sauvage, darwinien et froid comme l’acier qui se laisse apercevoir dans le dessein clairement transhumaniste de Google. Derrière le slogan de «l’homme augmenté», on discerne une posthumanité clivée entre une hyperclasse, capable de se payer l’immortalité (la filiale du géant de Mountain View, Calico, veut «tuer la mort») et la «surhumanité», et le reste de la population mondiale, qualifiable de «chimpanzés du futur» pour reprendre la formule du cybernéticien britannique Kevin Warwick.

Tout cela est alimenté par le storytelling sur la «singularité» technologique (ou simplement la singularité). Ce dernier est un concept se définissant de la manière suivante: à partir d’un certain point de son évolution, la civilisation humaine pourrait franchir un seuil conduisant à une accélération inédite de la dynamique technologique. De nombreux spécialistes pensent que ce bond est lié à l’intelligence artificielle. Une fois cette étape franchie, le progrès sera l’œuvre d’intelligences artificielles en constante progression autonome. Un film a matérialisé cette abstraction: Transcendance, de Wally Pfister (2014), avec Johnny Depp. Ce dernier y incarne un scientifique génial spécialisé sur l’intelligence artificielle. Mais une organisation extrémiste, le RIFT (groupe révolutionnaire d’indépendance vis-à-vis de la technologie), tire sur lui avec une balle radioactive, qui ne lui laisse pas plus d’un mois à vivre. Pour survivre, il choisit de télécharger sa conscience dans un ordinateur.

Enrichissez votre lecture :  Les RH à l'ère du Big Data

La singularité induirait des changements tels sur la société que l’individu humain d’avant la singularité pourrait difficilement les appréhender ou les anticiper. Les hommes risqueraient alors de perdre la maîtrise de leur destin (on rejoint là des scénarii mille fois envisagés par la science-fiction). En 2008, Ray Kurzweil (embauché depuis par Google) a fondé aux États-Unis l’université de la Singularité (dans la Silicon Valley). Le concept trouve ses sources dans les travaux sur la cybernétique de John von Neumann. La singularité acquit une certaine popularité dans les années 1990 grâce à Vernor Vinge. La possibilité même et la date de cet événement hypothétique soulèvent des débats. Plusieurs futurologues et transhumanistes l’attendent pour la troisième décennie du XXIe siècle. Mais ces hypothèses sont régulièrement critiquées pour leur manque de solidité scientifique. On comprend bien en revanche pourquoi Google et quelques autres ont tout intérêt à promouvoir ce thème! Il fait signe vers nos rêves de puissance et d’éternité, matérialisés par le cyborg.

Le cyborg est une fusion de l’homme et de la machine, et l’intelligence artificielle une tentative de reproduction du fonctionnement du cerveau humain à l’intérieur d’un ordinateur. Dans ces deux cas, il s’agit d’une véritable intrusion de l’univers mécanique et numérique à l’intérieur de la chair et de l’esprit. Ils représentent une menace sur la nature même de l’humanité dans la mesure où ils pourraient modifier notre rapport aux autres et au monde. Nos perceptions, nos sentiments, notre expérience charnelle de la réalité à travers nos sens seraient susceptibles d’être profondément transformés, voire annihilés. Si cet interfaçage homme/machine semble enthousiasmer les partisans les plus radicaux de l’ère digitale, il suscite l’appréhension d’une très grande part de nos contemporains.

Weekly Prospective
Recevez chaque fin de semaine, notre sélection d'articles.

Au bout du compte, Christine Kerdellant fournit un dossier bien documenté permettant de se construire une opinion. Elle explique clairement qu’île ne s’agit pas de formaliser une quelconque technophobie, mais de lire derrière le storytelling avantageux de Google une application au monde du vivant en général, et à l’être humain en particulier, d’une conception agressivement marchande du monde et de l’esprit. Cette dernière menace d’élaborer lentement une Big Mother au sourire figé et numérique qui ne rendra pas présent le rêve émancipateur prométhéen des Lumières mais risque de nous faire perdre le sens de l’humanité. (Source)

Commenter

Google, ou la révolution transhumaniste via le Big Data

6 min




Avant de changer le monde,
Il faut le comprendre.

 

Suivez-nous:


Rejoignez la communauté
OVNI sur votre réseau préféré.