Menu

#FIAC : Ces startups qui bousculent le marché de l’art contemporain

Dans : Startups

Alors que la Foire Internationale d’Art Contemporain (FIAC) s’ouvre ce jeudi à Paris, retour sur ces initiatives qui bousculent le marché de l’art en le rendant plus accessible.

Si pendant des années le secteur de l’art a été préservé de la crise, il a fini par être à son tour touché : entre 2014 et 2016, le chiffre d’affaires généré par les ventes d’oeuvres d’art a été divisé par deux. Avant de rebondir début 2017. Selon Artprice, ce rétablissement repose en grande partie sur les performances de l’art contemporain, prisé des collectionneurs.
Et il n’est pas impossible que les plateformes d’e-commerce qui lui sont dédiées y soient pour quelque chose. Le marché de l’art en ligne, estimé à 3,3 milliards de dollars en 2015, devrait tripler pour avoisiner les 10 milliards de dollars d’ici 2020. Une tendance sur laquelle comptent bien surfer les startups françaises dédiées à l’art sous toutes ses formes.
À relire : Le numérique permet de consommer l’art, mais surtout de le connaître

Artsper, le poids lourd

Depuis sa dernière levée de fonds de 2 millions d’euros auprès du propriétaire de Beaux Arts magazine, Frédéric Jousset, en février 2017, Artsper a décollé : +300% de croissance de son activité. Et poursuit son expansion dans les pays limitrophes de la France. L’Angleterre, la Belgique, l’Espagne, la Suisse et le Portugal sont notamment dans le viseur d’Artsper, qui compte aujourd’hui 30 salariés et vient de lancer son nouveau site.

Orrlando, pour réserver un artiste pour ses événements   

Créée en 2016 par Nesrine Aissani, Juliette Brouwer, Jean-Christophe Marie et Kevin Gainet, Orrlando est une plateforme de réservation d’artistes. La jeune pousse souhaite faciliter la recherche pour les particuliers, les weddings planners, les agences événementielles et les sociétés pour trouver des artistes répertoriés par ville et par catégorie.

Singulart, le marketplace pour amateurs et collectionneurs

Singulart, comme Artsper,  est une plateforme de vente en ligne d’oeuvres d’art. Mais celle-ci a la particularité d’avoir levé 1,1 million d’euros avant même de se lancer ! Singulart a l’ambition de s’adresser aux collectionneurs tout en piquant la curiosité d’amateurs plus novices. La plateforme recense ainsi plus de 150 peintres et photographes de 23 nationalités différentes et bénéficiant déjà d’une certaine notoriété dans leur pays d’origine, à l’instar du Sud-Africain Graeme Williams ou de l’Allemand Wolfgang Neumann.

Enrichissez votre lecture :  #MaddyREX : Quand deux startups tentent (difficilement) de fusionner

Artips, une dose d’art au quotidien

Sur la vague des newsletters thématiques et quotidiennes, Artips est une startup culturelle lancée en avril 2013 qui fait parvenir à ses abonnés tous les jours (du lundi au jeudi), une anecdote courte et mémorable au sujet d’une œuvre d’art. L’objectif est de démocratiser et expliquer l’histoire de l’art aux curieux ou aux passionnés. Pour cela, Artips a tissé un réseau de plus de 50 rédacteurs spécialistes et est lu dans 110 pays.

Bright, éclairer l’art numérique

Bright diffuse et monétise le meilleur des œuvres d’art numériques auprès des écrans connectés d’entreprises et des collectivités. La plateforme vend des abonnements aux propriétaires d’écrans et reverse un pourcentage des revenus aux artistes numériques ayant déposé leur création sur Bright. Parmi ses clients : JCDecaux, Pullman Hong Kong, LCL, Twitter ou le centre Georges Pompidou. 

Exponaute, site d’informations et de recommandations

Exponaute référence plus de 5000 lieux d’exposition en France, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. Le site, créé en 2010 et revendiquant 200 000 visiteurs mensuels, est à la fois un magazine d’art, avec des comptes-rendu d’expositions, et un réseau social où l’on peut suivre l’activité de ses amis.
À relire : Urban Studio, des ventes aux enchères d’oeuvres d’art au profit des startups

Weekly Prospective
Recevez chaque fin de semaine, notre sélection d'articles.

(Source)

Commenter

#FIAC : Ces startups qui bousculent le marché de l’art contemporain

3 min




Avant de changer le monde,
Il faut le comprendre.

 

Suivez-nous:


Rejoignez la communauté
OVNI sur votre réseau préféré.