Loading Posts...

Ho Karan, la startup qui met du cannabis dans les cosmétiques !

HO KARAN est la première marque Française de soins naturels pour la peau à l’huile de cannabis sativa. « Nos produits sont naturels (de 96% à 100% d’ingrédients d’origine naturelle), vegan, fabriqués en France et mixtes. Nous sommes basés à Nantes et nous avons également un bureau à Station F à Paris puisque nous faisons partie du Founder Program de Xavier Niel » précise Laure Bouguen, la fondatrice de la startup. Mais comment financer la R&D et être pris au sérieux quand on travaille sur le cannabis ?

Interview de Laure Bouguen, fondatrice et CEO de la startup HO KARAN

D’où vient cette idée de mettre du cannabis dans des cosmétiques ?

Beaucoup d’études montrent que le stress et la pollution des villes ont des effets de plus en plus néfastes sur la peau des urbains. Je cherchais une solution qui soit à la fois très efficace pour protéger, hydrater et détoxifier la peau, tout en étant naturelle. J’étais également attachée à la dimension écologique du produit car je me suis rendue compte que beaucoup de soins cosmétiques naturels et bio avaient paradoxalement une empreinte écologique catastrophique.Utiliser le cannabis sativa est devenue une évidence ! C’est une plante exceptionnelle dont les vertus sont de plus en plus popularisées. Le cannabis thérapeuthique est plébiscité en Amérique du Nord et commence à arriver en Europe.J’ai depuis toute petite conscience des propriétés de cette plante puisque mes grand-parents cultivaient le chanvre (espèce botanique Cannabis sativa L.) pour sa fibre qui était transformée en papier à Quimperlé. C’est une plante multifonction qui pousse très rapidement en utilisant peu d’engrais, pas de pesticide et peu d’eau. Nous travaillons avec des producteurs locaux attachés aux valeurs de la culture biologique. Avec HO KARAN nous souhaitons dans un premier temps valoriser les graines, dont on extrait une huile très prisée pour son exceptionnel ratio oméga 3 / oméga 6. Elle est beaucoup plus riche que l’huile d’argan, d’avocat ou de noix de coco par exemple. Dans un second temps nous souhaiterions pouvoir travailler avec les fleurs, pour renforcer les propriétés hydratantes et apaisantes déjà présentes dans l’huile.

Produit en France

Je suppose qu’il y a eu beaucoup de R&D, comment avez-vous financé cette phase ?

Certains pays (les Etats-Unis, le Canada et Israël notamment), sont très en avance sur les recherches. En France la législation est plus contraignante mais nous nous appuyons sur des études anglo-saxonnes et sur notre laboratoire spécialiste de la cosmétique naturelle. Nous avons ainsi pu déterminer l’équilibre nécessaire entre l’huile de chanvre bio et un cocktail d’une dizaine d’actifs naturels pour créer des soins ciblés, qui répondent efficacement aux problèmes de peau. J’ai financé toute la première partie du projet par de la dette, notamment auprès du Crédit Mutuel de Bretagne qui nous soutient depuis le début. Nous sommes désormais accompagnés par des investisseurs pour construire une équipe d’experts afin d’aller plus loin en R&D sur les cannabinoïdes et évangéliser sur les vertus de cette plante.

N’avez-vous pas peur qu’il soit difficile de fidéliser le client ? On peut acheter pour le côté spécifique puis tester, mais ne jamais revenir ?

Nos produits ne sont pas gadgets, ce sont des soins pour la peau efficaces. L’utilisation d’huile de cannabis sativa amuse certains c’est évident, ils ne testeront peut-être qu’uniquement pour cet aspect.Notre volonté cependant est bien d’ancrer cet actif de manière pérenne dans la cosmétique et non de surfer sur une mode.Nous nous adressons à des gens qui utilisent par exemple déjà l’aloe vera ou l’huile de coco, et qui trouveront dans nos produits une efficacité accrue et une production locale.

Laure Bouguen, fondatrice et CEO

Y-a-t’il des points légaux à lever dans l’exploitation du chanvre ?

L’exploitation du chanvre est légale en France tant qu’il contient moins de 0,2% de THC (le cannabinoïde qui donne les effets psychotropes). Elle est cependant très contrôlée puisque seules 20 espèces sont autorisées à la culture, et les agriculteurs doivent se fournir en graines auprès d’organismes agréés, comme la Coopérative Centrale des Producteurs de Semences de Chanvre (CCPSC). Ils ne peuvent donc pas replanter leur propre production et doivent se réapprovisionner chaque année auprès de ces organismes dans le but toujours de contrôler la teneur du THC. Nous souhaiterions plus de flexibilité pour pouvoir travailler avec des semences à toujours très faible taux de THC mais avec un taux de cannabidiol (CBD) plus important. Ce cannabinoïde qui ne procure aucun effet psychotrope est reconnu pour ses vertus apaisantes, anti-oxydantes et anti‑séborrhéiques.
En France la première réaction est toujours légèrement amusée voire contrariée. Mais nous ne faisons absolument pas l’apologie du cannabis récréatif.

N’est ce pas difficile d’être pris au sérieux quand on dit qu’on veut faire des cosmétique avec du cannabis ?

En France la première réaction est toujours légèrement amusée voire contrariée. Mais lorsque nous expliquons les bienfaits de cette plante et les propriétés que nous utilisons les avis changent rapidement.C’est une plante millénaire qui a été parmi les premières à être cultivées par l’Homme et nous a accompagnés tout au long de l’histoire. Même George Washington avait sa propre plantation !
Nous ne faisons absolument pas l’apologie du cannabis récréatif. Nous voulons rendre accessible à tous les bienfaits naturels du cannabis sain et vertueux.

Est-ce que la cannabis tech est développée en France ?

Elle est aujourd’hui quasiment inexistante. J’étais à CannaTech il y a trois semaines, un événement annuel à Londres qui rassemble les scientifiques, entrepreneurs, associations et politiques pour faire l’état de l’art des dernières avancées et faire bouger les lignes. Nous n’étions que deux entrepreneurs français et j’étais la seule à avoir immatriculé mon entreprise en France.Il y a une surreprésentation des Américains, Canadiens et Israëliens dans ce secteur. C’est catastrophique pour l’Europe car le marché est en train de se structurer et nous allons subir les normes décidées par d’autres.Le dernier gros marché à s’être structuré de la sorte est celui de l’économie numérique. Si nous ne voulons pas avoir des GAFA bis il faut que les gouvernements européens se saisissent du sujet et le mettent rapidement à l’agenda.Contrairement à ce qu’ils semblent penser c’est une priorité économique, sociale, environnementale et de santé publique.

startup ho karan productGamme de produit de la startup

Quelles sont les prochaines grandes étapes de votre startup ?

Nous faisons actuellement une campagne de pré-commandes sur la plateforme Kickstarter où vous retrouvez nos produits en avant-première, à des prix exclusifs. Tous les backers seront livrés pour Noël : http://kck.st/2hoz3c3.Les produits seront ensuite distribués sur notre eshop. Nous recherchons actuellement des pharmacies et parapharmacies pour compléter notre distribution en propre. Nous avançons également sur la R&D pour proposer des gammes enrichies en cannabidiol (CBD).

(Source)

Commentaires
0
LikeLike
0
HahaHaha
0
AimeAime
0
WowWow
0
YayYay
0
TristeTriste
Voted Thanks!

Leave a Comment

Loading Posts...




Avant de changer le monde,
Il faut le comprendre.

 

Suivez-nous:


Rejoignez la communauté
OVNI sur votre réseau préféré.